CRÉDIT : CORBIS

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.

C’est notamment ce qui ressort des coups de sonde quotidiens effectués par la Chambre de commerce de Lévis (CCL) depuis le début de la réouverture, le 4 mai.

Si certains commerçants de la région ont préféré attendre une semaine avant de rouvrir leurs portes afin de bien mettre en place les mesures exigées, ceux qui ont rouvert leurs portes le 4 mai ne regrettent pas leur choix.

«Ça va très bien. Il y a un bel achalandage dans les commerces, les commerçants sont quand même surpris. Ce n’est pas non plus la cohue comme les consommateurs doivent respecter les consignes en vigueur dans les magasins afin d’éviter la propagation de la COVID-19. C’est sûr par contre que pour les commerces qui vendent des vêtements, c’est un peu plus compliqué au niveau de l’essayage. Mais le retour, dans le respect des consignes, se passe bien», a analysé Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de la CCL.

Toutefois, ce ne sont pas tous les entrepreneurs de la région qui ont pu reprendre leurs activités. Plusieurs interrogations demeurent pour certains secteurs de l’économie lévisienne.

«Les restaurateurs se sont réinventés au cours des dernières semaines pour offrir des services de livraison ou à leur comptoir pour emporter. Toutefois, ils se demandent toujours quand ils pourront rouvrir leurs salles à manger. Au niveau des activités sportives, comme le golf, la reprise des activités et les règles à suivre n’ont toujours pas été dévoilées. Enfin, certains entrepreneurs ont des inquiétudes en ce qui a trait à l’embauche d’étudiants cet été (en raison de la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants)», a ajouté Mme Morency.

Engouement pour les services

Sur le terrain, quelques commerçants avec lesquels le Journal a pu discuter constatent une certaine effervescence pour leurs services.

Si la semaine dernière a été consacrée à planifier les installations d’équipements achetés avant la crise de la COVID-19, Icetec Climatisation Chauffage, une entreprise de Saint-Romuald, a également fait face à plusieurs nouvelles commandes. 

«C’est sûr que pour nous, le retour du beau temps joue aussi au niveau des commandes. Mais depuis le 4 mai, on sent un engouement chez les consommateurs. On voit cette reprise des activités des commerces non essentiels d’un œil positif. On devrait bien s’en sortir», a partagé Roland Guillemette, vice-président d’Icetec.

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

Des temps difficiles pour le Boule-O-Drome

Dans l’obligation de fermer ses portes en raison de la pandémie depuis le 15 mars, Claire Nolet, propriétaire de l’établissement, attend impatiemment que le gouvernement du Québec la laisse ouvrir son salon de quilles.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Lévis présente son plan de match pour favoriser l’achat local

C’est notamment en compagnie de Philippe Meurant, le directeur du développement économique et de la promotion de la municipalité, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 11 juin le plan de match de la Ville pour favoriser l’achat local au cours des prochains mois. Avec entre autres la mise en place d’un nouveau portail territorial transactionnel, Lévis veut inciter ses citoyens à ...

La COVID-19 a raison d'un gym lévisien

Energiegym, le centre d'entraînement de Saint-Romuald qui était également responsable du club de boxe Energybox, a annoncé sa fermeture définitive en raison de la crise de la COVID-19.

Un nouvel honneur pour le Quality Inn & Suites de Lévis

Dans le cadre des prix Satisfaction de la clientèle 2020, Choice Hotels Canada a remis le prix Platine au Quality Inn & Suites de Lévis. Cette distinction récompense les hôtels canadiens «pour leur excellence opérationnelle et leur dévouement à offrir un service de qualité supérieure».

Coiffure et esthétique : une réouverture attendue

C’est le lundi 1er juin qu’ont rouvert les salons de coiffure et d’esthétique du Québec. Les mesures obligatoires demandent de l’adaptation, mais les clients sont au rendez-vous. Les salons sont débordés et ceux de Lévis ne font pas exception, trois propriétaires nous font part de leur situation.

Relance économique : L'AGRTQ réitère l'importance de considérer le développement du logement social

Déplorant que le gouvernement du Québec ait fait «complètement fi du logement social et communautaire de sa relance post-COVID-19», l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) a tenu à rappeler l’importance de cet enjeu dans un mémoire déposé dans le cadre de l’étude du projet de loi 61. Concrètement, l’AGRTQ demande au gouvernement d’inclure le logement social et communau...

Unis pour Lévis : une initiative pour l’achat local

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat sur la plateforme La Ruche, le 29 juin. La CCL souhaite récolter 25 000 $ pour les entreprises d’ici et Desjardins s’engage à remettre le même montant qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à deux organismes qui se le partageront, c’est-à-dire l’ADOberge et la Fondati...

L'économie lévisienne et la pandémie de 1918

Contrairement à la crise sanitaire actuelle où l'économie lévisienne tournait, il y a à peine trois mois, à plein régime, la pandémie de la grippe espagnole de 1918 survient dans un Lévis aux prises avec des difficultés économiques depuis des années.