CRÉDIT : BIGSTOCK

Le gouvernement actuel gère une situation en tous points hors du commun : une crise sanitaire qui engendre une crise économique dans un contexte d’urgence climatique. Le Plan de relance économique qui s’écrit présentement par le gouvernement du Québec sera névralgique pour notre avenir collectif. Des crises d’envergure d’ordre alimentaire, sanitaire, sociale vont se répéter fréquemment si des mesures importantes ne sont pas prises pour faire face aux changements climatiques.

Le moment est critique car des investissements colossaux se font présentement et se feront dans les prochains mois pour relancer l’économie du Québec. Ces investissements créeront un endettement public important avec lequel nous devrons conjuguer à long terme. Malheureusement, il est justifié de craindre que dans les prochaines années cet endettement sera toujours évoqué par nos dirigeants pour éviter de prendre les mesures permettant une réelle transition écologique et sociale. C’est pourquoi il faut absolument allier urgence budgétaire et urgence climatique en intégrant la logique de développement durable dans la présente vague d’investissement public. Un virage vert s’impose, et ce, dès maintenant!

Cette transition se doit également d’être sociale. En effet, nous croyons qu’il faut rétablir une équité dans la société québécoise par de nouveaux rapports à la démocratie, à la consommation, aux relations sociales et au travail. La crise de la COVID-19 est une occasion de renouveler nos façons de vivre ensemble et de repenser notre modèle économique et social.

Cette crise sanitaire a mis au grand jour dans les médias des enjeux dont on parle trop peu souvent : conditions de vie des aînés, conditions de travail des infirmières et préposées, négligence parentale, violence conjugale, etc. Dans ce contexte, le Plan de relance économique devrait avoir également pour objectif de diminuer les inégalités sociales. Rappelons-nous que le Québec est reconnu comme étant la société la plus égalitaire en Amérique du Nord, que c’est l’une de nos distinctions. Nous pouvons et nous devons nous servir de cette sortie de crise pour améliorer la qualité de vie de tous et toutes, et ainsi être encore davantage en cohérence avec nos valeurs.

C’est dans ce contexte historique et cette urgence d’agir que nous, les 22 Pôles régionaux d’économie sociale du Québec, donnons notre soutien au groupe des 15 leaders (G15+) qui propose au gouvernement une vision et des solutions réalistes pour lancer le Québec dans cette transition.

Le Québec est un leader international en économie sociale et est reconnu pour ses idées porteuses et innovantes. L’économie sociale a été un acteur important des relances économiques de 1996 et 2009 et cette fois-ci encore, nous réitérons au gouvernement notre volonté de collaborer pour dessiner le Québec de demain.

Félix Bussières, Capitale-Nationale
Lynn O’Cain, Mauricie
Jacques Bérubé, Bas-Saint-Laurent
au nom des 22 Pôles régionaux d'économie sociale du Québec

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

Des temps difficiles pour le Boule-O-Drome

Dans l’obligation de fermer ses portes en raison de la pandémie depuis le 15 mars, Claire Nolet, propriétaire de l’établissement, attend impatiemment que le gouvernement du Québec la laisse ouvrir son salon de quilles.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Lévis présente son plan de match pour favoriser l’achat local

C’est notamment en compagnie de Philippe Meurant, le directeur du développement économique et de la promotion de la municipalité, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 11 juin le plan de match de la Ville pour favoriser l’achat local au cours des prochains mois. Avec entre autres la mise en place d’un nouveau portail territorial transactionnel, Lévis veut inciter ses citoyens à ...

La COVID-19 a raison d'un gym lévisien

Energiegym, le centre d'entraînement de Saint-Romuald qui était également responsable du club de boxe Energybox, a annoncé sa fermeture définitive en raison de la crise de la COVID-19.

Un nouvel honneur pour le Quality Inn & Suites de Lévis

Dans le cadre des prix Satisfaction de la clientèle 2020, Choice Hotels Canada a remis le prix Platine au Quality Inn & Suites de Lévis. Cette distinction récompense les hôtels canadiens «pour leur excellence opérationnelle et leur dévouement à offrir un service de qualité supérieure».

Coiffure et esthétique : une réouverture attendue

C’est le lundi 1er juin qu’ont rouvert les salons de coiffure et d’esthétique du Québec. Les mesures obligatoires demandent de l’adaptation, mais les clients sont au rendez-vous. Les salons sont débordés et ceux de Lévis ne font pas exception, trois propriétaires nous font part de leur situation.

Relance économique : L'AGRTQ réitère l'importance de considérer le développement du logement social

Déplorant que le gouvernement du Québec ait fait «complètement fi du logement social et communautaire de sa relance post-COVID-19», l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) a tenu à rappeler l’importance de cet enjeu dans un mémoire déposé dans le cadre de l’étude du projet de loi 61. Concrètement, l’AGRTQ demande au gouvernement d’inclure le logement social et communau...

Unis pour Lévis : une initiative pour l’achat local

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat sur la plateforme La Ruche, le 29 juin. La CCL souhaite récolter 25 000 $ pour les entreprises d’ici et Desjardins s’engage à remettre le même montant qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à deux organismes qui se le partageront, c’est-à-dire l’ADOberge et la Fondati...

L'économie lévisienne et la pandémie de 1918

Contrairement à la crise sanitaire actuelle où l'économie lévisienne tournait, il y a à peine trois mois, à plein régime, la pandémie de la grippe espagnole de 1918 survient dans un Lévis aux prises avec des difficultés économiques depuis des années.